Cliquer sur les vignettes pour les voir en grand format


 

La haute vallée de l'Allier

 

 

Après avoir déjeuné à Lavaudieu, nous avons repris la route vers Langeac, remontant la vallée de l'Allier à partir de Vieille Brioude. Dans ce parcours, route et rivière sont collées, ce qui fait déjà découvrir de beaux paysages, et des villages typiques, parfois surmontés d'une vieille église haut perchée (St Ilpize à Villeneuve d'Allier), ou d'un superbe château (Chilhac).
Arrivés à Langeac, nous avons choisi le sympathique camping des Gorges de l'Allier, en bord de rivière, pour 2 nuits. Nous avons également exploré cette agréable petite ville, jetant un coup d'oeil sur les vieilles maisons, la collégiale Saint Gal, et le très agréable parc de loisirs de l'île d'Amour.

Et nous avons pris le train touristique partant à 9 heures (19 € l'aller-retour) pour suivre la haute vallée de l'Allier et ses gorges. La voie ferrée suit très étroitement son cours, alors que la route est presque toujours obligée de passer au large.

Les photos prises au vol des villages, des gorges, des ponts, des viaducs, des tunnels, ne rendent pas tout à fait la beauté des sites, parfois leur sauvagerie, où l'on est parfois tout étonné de voir un pécheur. Je n'y ai pas mis de commentaires : à quoi bon, puisqu'elles parlent presque toutes seules, et que je suis bien incapable de mettre un nom sur les villages entrevus.

Mais songez que sur 67 km, il y a pas moins de 53 tunnels, des viaducs, et des centaines de virages et de courbes épousant les accidents d'un relief abrupt (je cite le Routard). Vous comprendrez après cela pourquoi il faut 2 heures pour ces 67 km. Un guide accompagne bien le voyage par des commentaires, mais il y a trop à voir pour mémoriser.

Au bout de ces 2 heures enchanteresses, on débarque un peu étourdis à la gare de Langogne. Le seul souvenir qui se rapproche pour nous est celui du Flåmsbana, le train situé près de Bergen, en Norvège, qui dégringole de 863 mètres sur 20 km en 55 minutes.

La visite de Langogne s'impose ensuite d'elle-même, puisque le retour ne peut se faire qu'en fin d'apès-midi, mais elle est fort intéressante : vieilles rues, demeures, églises, le Pont Vieux surmonté d'une statuette "Lou Cagaïre",

et le Musée vivant de la filature de laine des Calquières.

C'est un peu ivres de tout ce que nous avons vus que nous prenons l'express allant de Marseille à Paris, beaucoup plus rapide. Et le voyage n'en a pas tout à fait le même charme qu'à l'aller.

Retour en haut de la page