Cliquer sur les vignettes pour les voir en grand format

Côte d'Antrim

 

 

La frontière entre République d'Irlande et Ulster a été franchie sans nous en rendre compte, nous traversons la banlieue Nord de Londonderry et continuons vers Coleraine, Portrush. Port Ballintrae est notre avant-dernière étape, au Portbalintrae Caravan Park le bien nommé, car il y avait une bonne centaine de mobilhomes vides lors de notre arrivée, qui se sont remplis au fur et à mesure de l'avancée du week-end. Il y a une dizaine d'emplacements pour caravanes ou camping-cars, avec un carré d'herbe pour les tentes. Eau chaude gratuite aux sanitaires, mais propreté moyenne. Nous l'avons choisi surtout pour sa proximité pédestre du départ de la Chaussée des Géants, et la balade de 2 heures que nous avons faite sur le bord de mer, avec découverte d'un ancien site d'habitation préhistorique, nous a démontré que nous avons eu raison.

La Chaussée des Géants est une merveille de la nature, créée soit par le géant irlandais Finn McCool (pour permettre à son homologue écossais Benandonner de venir le défier; ce dernier, en fuyant, aurait fait enfoncer la chaussée dans la mer sous ses pas), soit plus probablement lors du brusque refroidissement de la coulée de lave d'une immense éruption volcanique il y a 60 millions d'années, ce qui a donné des masses de colonnes jointives sur plus de 10 km de côte, prolongées sous la mer en direction de l'île de Rathlin et de l'Ecosse.
A partir du Visitor Center, (parking payant), un chemin goudronné permet de rejoindre l'entrée du site, soit à pied, soit dans une navette (payante). Ensuite 3 randonnées sont possibles, de 3 à 12 km. Le matin du 16 juin nous avons entamé la plus longue, dans la brume et le crachin, suivant le bord de la falaise. Nous avons pique-niqué devant cet extraordinaire panorama. Brume et crachin ne se levant que très lentement, nous avons fait demi-tour avant d'atteindre les ruines du château de Dunseverick, marchant au total 4 heures. Nous n'avons eu droit à un timide soleil qu'en fin d'après-midi.

Le lendemain, nous allons à pied (AR 6 km) visiter la distillerie Bushmills dans la ville du même nom; c'est la plus vieille distillerie de whiskey du monde (1608), où il subit 3 distillations (2 pour le whisky écossais). La visite, intéressante, est payante (le ticket donne en fait droit au "drum" à la fin. Les prix sont tout aussi redhibitoires qu'en Ecosse, nous nous sommes donc contentés d'un petit assortiment de 3 flacons de 50 ml, dont un de Blackbush, probablement le meilleur whiskey du monde selon le Routard.

L'après-midi, le temps s'est presque mis au beau, nous parcourons la même distance pour visiter Dunluce Castle. Nous bénéficions d'une entrée gratuite pour cause de Journée du Patrimoine. La ruine est magnifique, dans un cadre merveilleux. Sur le parking est ouverte dans une vieille ferme une auberge où l'accueil est extrêmement sympathique; le thé et les petits gâteaux sont délicieux.

Dimanche 18 juin, nous quittons Port Ballintrae, longeant la côte vers l'Est, puis le Sud. Petit arrêt à Carrick-a-rede Rope Bridge, étonnante passerelle jetée entre deux rochers, toujours dans un splendide panorama; nous déjeunons sur le parking sous une pluie battante. La route que nous reprenons tournicote sans arrêt, mais que les paysages sont beaux ! Arrivés à Larne, trop laide petite ville, nous décidons de revenir un peu en arrière à Ballygalley pour y faire une balade en bord de mer et dîner.

N'ayant pas trouvé notre bonheur pour passer la nuit, nous revenons à Larne nous installer sur le parking payant à proximité de l'embarquement du ferry. Après avoir erré en ville pour tenter d'y trouver, en vain, quelque chose d'un peu beau, nous passons une nuit calme. J'ai une mauvaise surprise à la borne de paiement automatique située près du hall d'embarquement: elle avale mon billet de 10£ sans me rendre mes 4 ou 5£ de monnaie !
Lundi 19 juin, 6 h : nous prenons la file d'attente pour l'embarquement sur le ferry, et quittons l'Irlande à 7 h, après 3 semaines de plaisir pur, avec un peu le regret de ne pas avoir pu en voir toutes les splendeurs ...

Retour en haut de la page